Victoria Jelinek


RentrĂ©e scolaire…

Une lettre a un ami concernant l’ouverture d’ecoles en France dans quelque semaines…

unnamedMerci pour le «heads up» de Facebook sur le retour des enfants Ă  l’Ă©cole (dates, groupes annuels, etc.). Je dois dire que je suis d’accord avec mon mari ici (quelle surprise!): nous allons attendre les notes officielles et voir quels sont leurs plans concrets et quelles mesures tangibles pour protĂ©ger les enfants contre le virus seront dĂšs le premier jour, et faire un dĂ©cision Ă©clairĂ©e Ă  ce stade.

Pour moi, me sentir bien Ă  l’idĂ©e de retourner mon tout-petit Ă  l’Ă©cole, un plan pour dĂ©placer les enfants Ă  l’extĂ©rieur – Ă  la “Forest School” et au danois – comme le note le mari, serait un trĂšs bon dĂ©but pour amĂ©liorer mon niveau de confort.

Et / ou il y a des tests pour chaque enfant, enseignant et membre du personnel de l’Ă©cole pour vĂ©rifier s’ils sont infectĂ©s (pas uniquement  lorsqu’ils prĂ©sentent des symptĂŽmes et / ou se rendent Ă  l’hĂŽpital pour obtenir de l’aide, comme l’a dit Macron dans son discours – et , aussi, pour l’instant, les tests sont dĂ©fectueux). OU, peut-etre, quelqu’un prend la tempĂ©rature de chaque enfant et membre du personnel tous les jours quand ils entrent dans les portes (comme le fait l’Asie du Sud-Est pour entrer dans les lieux publics), puis les interdire de l’Ă©cole, appliquer cela serait essentiel, mettre en quarantaine ceux qui sont malades et retrouver leurs contacts — il peut s’agir d’une application facultative, comme le font les Allemands, les Autrichiens et les Suisses, par opposition Ă  obligatoire, comme les CorĂ©ens et les Singapouriens pour protĂ©ger les idĂ©aux de la libertĂ© civile. (Cependant, je ne vois pas cela se produire parce que je connais parents qui envoient rĂ©guliĂšrement leurs enfants Ă  l’Ă©cole et qui soulĂšveraient l’enfer sacrĂ© s’ils perdaient leur droit de faire ce qui leur convient le mieux).

Et, comme le dit le chef du syndicat des enseignants en France, en alliance avec le chef des services de santĂ© et des services mĂ©dicaux en France, ALORS ils doivent embaucher des personnes supplĂ©mentaires pour surveiller les enfants dans leurs petits groupes (Ă©loignement social, apprentissage du matĂ©riel, lavage des mains – etc. et afin d’aider les enseignants respectifs). Encore une fois, je ne vois pas cela se produire parce que c’est trop cher et que dieu sait que l’Ă©ducation publique connaĂźt des difficultĂ©s exponentielles. (Les gens – in general – ne rĂ©alisent pas que c’est un investissement collectif dans la sociĂ©tĂ© de l’avenir et une assurance pour la survie de la dĂ©mocratie). ET, enfin, ils doivent distribuer des masques Ă  chaque personne (puis imposer le port de ceux-ci).

À l’exception de ces mesures de sĂ©curitĂ©, que je pense que ce serait un miracle de voir se produire dans ce dĂ©lai, SI du tout, j’aimerais qu’il y ait quelques mois au cours desquels le taux d’infections se soit stabilisĂ©, du moins pas augmentĂ©. En l’Ă©tat, il y a encore beaucoup de nouvelles infections chaque jour en France (ainsi qu’une nouvelle rĂ©surgence Ă  Singapour et en Chine, et les dieux savent que le Royaume-Uni et les États-Unis n’ont pas encore atteint leur “crest”) et cela malgrĂ© un confinement strict.

De plus, pour qu’une «immunitĂ© collective» se produise, il faudrait laisser beaucoup plus de gens tomber malades (ce qui est peut-ĂȘtre POURQUOI ils veulent envoyer nos enfants en premier – des cobayes au nom du plus grand bien) et puis testez l’hypothĂšse que cela fonctionnera pour crĂ©er une sorte d’immunitĂ©, comme nous l’espĂ©rons / comme il l’a fait avec d’autres virus …il y a un certain sens a cela. Et, nous devons sortire a un moment donne…

Hmmm.

Mon fils me dĂ©range, nous sommes en hĂ©morragie d’argent (la saison de mon mari a Ă©tĂ© perdue, je n’ai pas travaillĂ© l’annĂ©e derniĂšre, donc je ne peux pas rĂ©clamer d’aide malgrĂ© les annĂ©es de taxes payĂ©es) et j’ai une tonne de travail pour me prĂ©parer Ă  entrer dans le Ă  nouveau Ă  plein temps en septembre (pour essayer de «keeping the wolves at bay»). MAIS, je ne veux pas prendre un “risque inutile” (comme l’a dit le chef de l’association mĂ©dicale France) en ce moment. (Mais, c’est encore dans quelques semaines…).

Je comprends les raisons de l’ouverture des Ă©coles. Lancez l’Ă©conomie. Cela va ĂȘtre une sacrĂ©e rĂ©cession telle qu’elle est (en particulier si les gens continuent de rĂ©sister Ă  une augmentation de l’ñge de la retraite pour aider Ă  payer les avantages que beaucoup reçoivent!). Et beaucoup – y compris nous, comme mentionnĂ© – sont hĂ©morragiques et n’ont pas d’épargne, je comprends donc le dĂ©sir de continuer. Je lĂšve mon chapeau Ă  ceux qui envoient leurs petits courageux (ou inconscients) Ă  l’Ă©cole, malgrĂ© les risques. And, maybe, we will also send our beloved junior to school shortly…

(Je suppose que cela doit ĂȘtre similaire Ă  la façon dont les parents se sentent envoyer leurs enfants Ă  l’Ă©cole aux États-Unis? Mon enfant ou mes enfants iront probablement bien. Les statistiques soutiennent que tel est le cas. Cependant, avec la prolifĂ©ration des armes Ă  feu et la violence armĂ©e dans les Ă©coles et les espaces publics, il y a toujours une chance qu’ils soient blessĂ©s…).

De plus, des articles paraissent soudainement dans les journaux français et anglais sur un enfant de neuf ans (peut-ĂȘtre le mĂȘme enfant) qui a eu Covid-19, de nombreux contacts et n’a infectĂ© personne. L’hypothĂšse est qu’ils ne «shed» pas beaucoup de virus et sont moins susceptibles d’ĂȘtre infectĂ©s or to infect.

Cependant, je soupçonne qu’il y a des machinations en place (publicite, propaganda?) pour nous mettre Ă  l’aise d’envoyer nos juniors Ă  l’Ă©cole, parce que ce que j’ai lu dans une variĂ©tĂ© de journaux – viables aussi – est qu’il est “probable” que les enfants iront bien, et le taux d’infection augmentera, mais il sera «gĂ©rable» pour les hĂŽpitaux, etc. Les mots clĂ©s Ă©tant «probable» et «gĂ©rable». (Mais, imaginez si tous les enseignants et educateurs tombent malades! J’ai aimĂ© chacun des professeurs de mon fils des ans, et j’apprĂ©cie excessivement son professeur actuel! Perdre l’un d’eux serait une vraie perte.).

Donc, nous allons attendre et voir ce que les fonctionnaires proposent sous peu, et prendre alors une decision eclairee…

 



Pride

Realizing that they share a common enemy in Margaret Thatcher, the police, and the conservative press, London-based gays and lesbians give support to striking coal miners in 1984 Wales.

PRIDE is exactly the kind of film British filmmakers do best: a focused local story based on hard facts and blended with sentimental fiction. It’s poignant and humorous at the same time. Add a stellar ensemble cast and a nostalgic soundtrack, and you’ve got yourself a film worth loving. I found myself literally sitting on the edge of my seat, my spine tingling in response to this film’s charm. I laughed. I cried. And in lieu of my inability to join their ranks and raise a fist in solidarity, I clapped with joy (and relief) that such artful and engaging films are being made.

Pride_Movie_2014_Poster