Victoria Jelinek


Covid-19, May 4, 2020

“All men’s miseries derive from not being able to sit in a quiet room alone.” Blaise Pascal

France decided to open up the schools in phases starting May 11th. The first to go back are elementary school kids. Our son is in the equivalent to third grade.

We received a form from our son’s teacher to fill out on Friday stating whether we’d return our child to school or not so that they could submit it to the Mayor’s office on Monday – today – to begin making plans for the rentrée. I opted to speak to the teacher about it to see what she thought (she rose exponentially in my estimation since quarantine). She said that not only are spaces limited, the same principles of the confinement remain: the objective is still to keep infection down in order to permit hospitals to tend to those who need help. That there are small children being left at home because they have a single parent who needs to work, or both parents work, or there are children whose parents can’t, or won’t, help the kids with their schoolwork. Reopening the school for little ones is an effort to help these kids and their parents. This sealed the deal for me. Yes, I’m anxious about working with a precocious single child at home. I’m worried about being able to work, and I also need time alone to replenish myself. With a small child at home, who doesn’t seem to be able to be autonomous unless he’s on a screen (watching TV, or a film, or playing an electronic game), which is, perhaps, normal, I don’t know, it’s incredibly disruptive for both my husband and me. We consequently argue about who does what and who has done more. (I often end up working after the boy and the man are in bed, going to bed very late, then waking up early when they wake up – I’m very tired…zzz…).

‘Kvetch’ aside, I feel relieved with our decision to keep our son home for the ‘bigger picture’ (in addition to what seems to be an unnecessary risk for the moment). I think the interesting element to this corona experience – the whole social phenomena’s we’re witnessing will be, I believe, written about sociologically for a long time to come (or until we humans make ourselves extinct), is that at the same time we’re isolated from each other, forced to distance physically from each other, we’re thinking about each other now more than ever. Or MUST think about each other now more than ever. We must work together to ensure the survival of our species, and the way to do that is to distance ourselves from others when possible. It’s not just ourselves and our own interests we’re thinking about for the first time in a long time. We’re being asked to consider everyone when limiting contacts, our potential exposure to the virus (with outings, errands, plans, etc.), washing hands. Even wearing a mask is a sign of consideration, a, “I’m helping YOU keep safe” sort-of-thing. It’s quite lovely, actually, when you think of it this way. It makes one feel less alone, more purposeful, and, arguably, reinforces the argument that humans are worth saving (perhaps).

index

“Toutes les misères des hommes dérivent de ne pas pouvoir s’asseoir seuls dans une pièce calme.” Blaise Pascal

La France a décidé d’ouvrir les écoles par phases à partir du 11 mai. Les premiers à y retourner sont les enfants des écoles élémentaires. Notre fils est dans l’équivalent de la troisième année.

Vendredi, nous avons reçu un formulaire de l’enseignant de notre fils indiquant si nous devions retourner notre enfant à l’école ou non afin qu’il puisse le soumettre au bureau du maire lundi – aujourd’hui – pour commencer à planifier la rentrée. J’ai choisi d’en parler au enseignante pour voir ce qu’elle en pensait (elle a augmenté de façon exponentielle à mon avis depuis la confinement). Elle a dit que non seulement les espaces sont limités, mais les mêmes principes de confinement demeurent: l’objectif est toujours de limiter l’infection afin de permettre aux hôpitaux de soigner ceux qui ont besoin d’aide. Qu’il y a des petits enfants à la maison parce qu’ils ont un parent seul qui doit travailler, ou les deux parents travaillent, ou qu’il y a des enfants dont les parents ne peuvent pas, où ne vont pas, aider les enfants dans leurs devoirs. La réouverture de l’école pour les tout-petits est un effort pour aider ces enfants et leurs parents. Cela a scellé l’accord pour moi. Oui, je suis impatient de travailler avec un enfant célibataire précoce à la maison. Je suis inquiet de pouvoir travailler et j’ai aussi besoin des temps tout seul pour me reconstituer. Avec un petit enfant à la maison, qui ne semble pas capable d’être autonome à moins d’être sur un écran (regarder la télévision, un film ou jouer à un jeu électronique), ce qui est peut-être normal, je ne sais pas , c’est incroyablement perturbant pour mon mari et moi. Par conséquent, nous discutons de qui fait quoi et qui a fait plus. (Je finis souvent par travailler après que le garçon et l’homme soient au lit, se couchant très tard, puis se réveillant tôt quand ils se réveillent – je suis très fatigué … zzz …).

«Kvetch» ​​mis à part, je me sens soulagé de notre décision de garder notre fils à la maison pour la «vue d’ensemble» (en plus de ce qui semble être un risque inutile pour le moment). Je pense que l’élément intéressant de cette expérience corona – l’ensemble des phénomènes sociaux auxquels nous assistons sera, je crois, écrit sur le plan sociologique pendant longtemps à venir (ou jusqu’à ce que nous, les humains, nous nous éteignions), c’est qu’en même temps nous ‘nous sommes isolés les uns des autres, forcés de s’éloigner physiquement les uns des autres, nous pensons plus que jamais les uns aux autres. Ou DOIT penser les uns aux autres maintenant plus que jamais. Nous devons travailler ensemble pour assurer la survie de notre espèce, et la façon de le faire est de nous éloigner des autres lorsque cela est possible. Ce n’est pas seulement nous-mêmes et nos propres intérêts auxquels nous pensons pour la première fois depuis longtemps. On nous demande de tenir compte de tout le monde lors de la limitation des contacts, de notre exposition potentielle au virus (avec sorties, courses, projets, etc.), du lavage des mains. Même le port d’un masque est un signe de considération, une sorte de chose «je t’aide à rester en sécurité». C’est plutôt joli, en fait, quand on y pense de cette façon. Cela fait que l’on se sent moins seul, plus résolu et, sans doute, renforce l’argument selon lequel les humains valent la peine d’être sauvés (peut-être).

 



Rentrée scolaire…

Une lettre a un ami concernant l’ouverture d’ecoles en France dans quelque semaines…

unnamedMerci pour le «heads up» de Facebook sur le retour des enfants à l’école (dates, groupes annuels, etc.). Je dois dire que je suis d’accord avec mon mari ici (quelle surprise!): nous allons attendre les notes officielles et voir quels sont leurs plans concrets et quelles mesures tangibles pour protéger les enfants contre le virus seront dès le premier jour, et faire un décision éclairée à ce stade.

Pour moi, me sentir bien à l’idée de retourner mon tout-petit à l’école, un plan pour déplacer les enfants à l’extérieur – à la “Forest School” et au danois – comme le note le mari, serait un très bon début pour améliorer mon niveau de confort.

Et / ou il y a des tests pour chaque enfant, enseignant et membre du personnel de l’école pour vérifier s’ils sont infectés (pas uniquement  lorsqu’ils présentent des symptômes et / ou se rendent à l’hôpital pour obtenir de l’aide, comme l’a dit Macron dans son discours – et , aussi, pour l’instant, les tests sont défectueux). OU, peut-etre, quelqu’un prend la température de chaque enfant et membre du personnel tous les jours quand ils entrent dans les portes (comme le fait l’Asie du Sud-Est pour entrer dans les lieux publics), puis les interdire de l’école, appliquer cela serait essentiel, mettre en quarantaine ceux qui sont malades et retrouver leurs contacts — il peut s’agir d’une application facultative, comme le font les Allemands, les Autrichiens et les Suisses, par opposition à obligatoire, comme les Coréens et les Singapouriens pour protéger les idéaux de la liberté civile. (Cependant, je ne vois pas cela se produire parce que je connais parents qui envoient régulièrement leurs enfants à l’école et qui soulèveraient l’enfer sacré s’ils perdaient leur droit de faire ce qui leur convient le mieux).

Et, comme le dit le chef du syndicat des enseignants en France, en alliance avec le chef des services de santé et des services médicaux en France, ALORS ils doivent embaucher des personnes supplémentaires pour surveiller les enfants dans leurs petits groupes (éloignement social, apprentissage du matériel, lavage des mains – etc. et afin d’aider les enseignants respectifs). Encore une fois, je ne vois pas cela se produire parce que c’est trop cher et que dieu sait que l’éducation publique connaît des difficultés exponentielles. (Les gens – in general – ne réalisent pas que c’est un investissement collectif dans la société de l’avenir et une assurance pour la survie de la démocratie). ET, enfin, ils doivent distribuer des masques à chaque personne (puis imposer le port de ceux-ci).

À l’exception de ces mesures de sécurité, que je pense que ce serait un miracle de voir se produire dans ce délai, SI du tout, j’aimerais qu’il y ait quelques mois au cours desquels le taux d’infections se soit stabilisé, du moins pas augmenté. En l’état, il y a encore beaucoup de nouvelles infections chaque jour en France (ainsi qu’une nouvelle résurgence à Singapour et en Chine, et les dieux savent que le Royaume-Uni et les États-Unis n’ont pas encore atteint leur “crest”) et cela malgré un confinement strict.

De plus, pour qu’une «immunité collective» se produise, il faudrait laisser beaucoup plus de gens tomber malades (ce qui est peut-être POURQUOI ils veulent envoyer nos enfants en premier – des cobayes au nom du plus grand bien) et puis testez l’hypothèse que cela fonctionnera pour créer une sorte d’immunité, comme nous l’espérons / comme il l’a fait avec d’autres virus …il y a un certain sens a cela. Et, nous devons sortire a un moment donne…

Hmmm.

Mon fils me dérange, nous sommes en hémorragie d’argent (la saison de mon mari a été perdue, je n’ai pas travaillé l’année dernière, donc je ne peux pas réclamer d’aide malgré les années de taxes payées) et j’ai une tonne de travail pour me préparer à entrer dans le à nouveau à plein temps en septembre (pour essayer de «keeping the wolves at bay»). MAIS, je ne veux pas prendre un “risque inutile” (comme l’a dit le chef de l’association médicale France) en ce moment. (Mais, c’est encore dans quelques semaines…).

Je comprends les raisons de l’ouverture des écoles. Lancez l’économie. Cela va être une sacrée récession telle qu’elle est (en particulier si les gens continuent de résister à une augmentation de l’âge de la retraite pour aider à payer les avantages que beaucoup reçoivent!). Et beaucoup – y compris nous, comme mentionné – sont hémorragiques et n’ont pas d’épargne, je comprends donc le désir de continuer. Je lève mon chapeau à ceux qui envoient leurs petits courageux (ou inconscients) à l’école, malgré les risques. And, maybe, we will also send our beloved junior to school shortly…

(Je suppose que cela doit être similaire à la façon dont les parents se sentent envoyer leurs enfants à l’école aux États-Unis? Mon enfant ou mes enfants iront probablement bien. Les statistiques soutiennent que tel est le cas. Cependant, avec la prolifération des armes à feu et la violence armée dans les écoles et les espaces publics, il y a toujours une chance qu’ils soient blessés…).

De plus, des articles paraissent soudainement dans les journaux français et anglais sur un enfant de neuf ans (peut-être le même enfant) qui a eu Covid-19, de nombreux contacts et n’a infecté personne. L’hypothèse est qu’ils ne «shed» pas beaucoup de virus et sont moins susceptibles d’être infectés or to infect.

Cependant, je soupçonne qu’il y a des machinations en place (publicite, propaganda?) pour nous mettre à l’aise d’envoyer nos juniors à l’école, parce que ce que j’ai lu dans une variété de journaux – viables aussi – est qu’il est “probable” que les enfants iront bien, et le taux d’infection augmentera, mais il sera «gérable» pour les hôpitaux, etc. Les mots clés étant «probable» et «gérable». (Mais, imaginez si tous les enseignants et educateurs tombent malades! J’ai aimé chacun des professeurs de mon fils des ans, et j’apprécie excessivement son professeur actuel! Perdre l’un d’eux serait une vraie perte.).

Donc, nous allons attendre et voir ce que les fonctionnaires proposent sous peu, et prendre alors une decision eclairee…

 



Covid-19 5 Avril, 2020

7160b5ba58de394e9fa6322196e9f4dc

Cher Monsieur President Macron,

J’étais fier et soulagé quand la France a commencé rapidement et avec fermeté le 16 mars. J’ai félicité le gouvernement français à chaque occasion de «prendre de l’avance» sur la courbe. Je me sentais protégé. Depuis, j’ai changé incommensurablement «mon air».

Hier, je suis sorti (dans la voiture) chercher des cigarettes. C’était la première fois que je conduisais en trois semaines ou parcourais plus d’un kilomètre. À mon grand étonnement, les gens étaient rassemblés en groupes dans les coins, le long des routes, à bicyclette, profitant de la journée ensoleillée et se tenant proche de l’autre, parlant en groupes et en groupes. Comme s’il n’y avait pas de virus infectant les deux chiffres en France seulement. De plus, au cours de la dernière semaine, j’ai remarqué depuis notre véranda arrière, qui surplombe une petite route, des groupes de personnes qui n’ont pas l’air liées (sont en fait similaires en âge) à faire du jogging, de la marche et du vélo ensemble.

C’est très inquiétant. Au magasin de cigarettes, l’homme derrière le comptoir ne portait pas de masque ni de gants, et ne m’a pas simplement fait effectuer un paiement «tactile», mais a pris ma carte et saisi les informations manuellement, et a pris chacun des magazines que j’achetais et les scanné chacun manuellement, comme il l’a également fait avec chaque paquet de cigarettes. Il a touché chacun de mes objets à fond. J’étais mortifié. Je lui ai demandé pourquoi il n’avait aucune protection pour lui-même et pour les autres, comme un masque ou des gants, et il a bêtement répondu: “Je me sens bien.” Mes voisins partent chaque jour, avec leur famille et leurs chiens, deux ou trois heures à la fois, puis reviennent, puis repartent encore deux ou trois heures, tout au long de la journée, chaque jour. J’ai deux amis qui m’ont demandé séparément de les rencontrer pour boire un verre chez eux, me disant qu’ils le font avec d’autres amis.

Pas étonnant que la France soit si riche en infections et en décès consécutifs. Le confinement DOIT être appliqué ou il n’a tout simplement aucun.

Hier, j’ai regardé un extrait de nouvelles (étrangère) expliquant pourquoi il y a des endroits dans le monde qui ont le virus corona, mais qui ne voient PAS les infections rapides OU les décès, comme en France, en Italie et en Espagne. En Islande, ils testent activement la population, puis ils ont des DETECTIVES, des forces de police, trouvant TOUTES les personnes possibles avec lesquelles une personne infectée a été en contact au cours des deux semaines précédentes, puis les mettant en quarantaine pour une obligation deux semaines, souvent trois. Coûteux? Est-ce moins cher d’avoir un confinement dans un pays où les gens le traitent avec une attitude cavalière?

Au Vietnam, en Corée du Sud et à Taïwan (juste en face d’un petit canal en provenance de Chine), ils ont maintenu la propagation en vérifiant les personnes qui arrivent par avion pour la fièvre, puis en les ramenant chez eux dans une voiture gouvernementale (seule!) Et en les mettant en quarantaine. Encore une fois, ils effectuent des tests massifs sur la population, mettent en quarantaine ceux qui sont positifs, puis recherchent activement leurs contacts potentiels au cours des deux semaines précédentes. De plus, ils publient qui est infecté afin que les gens puissent voir s’ils ont été en contact avec la personne infectée. De cette façon, tout le monde AILLEURS n’est pas en lock-out et le pays n’est pas fermé et souffre d’une catastrophe financière ET le virus ne se propage pas. Est-ce une violation des libertés civiles? Est-ce moins le cas pour nous dire que nous devons avoir un morceau de papier justifiant pourquoi nous sommes à l’extérieur, ainsi que notre carte d’identité, ne devrait être à l’extérieur que pendant une heure, et la création d’une situation dans laquelle les voisins s’espionnent les uns les autres avec suspicion et la colère dans leur cœur?

L’Organisation mondiale de la santé a déclaré dès le début que le moyen le plus efficace de lutter contre la nature infectieuse du virus Corona est de procéder à des tests massifs de la population, d’isoler les personnes atteintes de la maladie, puis de rechercher «de manière agressive» toutes les personnes dans lesquelles elles se trouvaient. Les contacter et les isoler également. Oui, cela coûte cher et cela nécessite un grand effort coordonné, mais est-ce plus cher que de fermer l’économie pour «endiguer le flux» de patients vers les hôpitaux?

En parcourant le nombre de personnes infectées par pays et par État sur le site Web de l’Université John Hopkins, je note que même si certains États des États-Unis, la Suède, la Suisse, par exemple, N’ONT PAS de confinement en vigueur, ils ONT instillé des mesures de sécurité ( pas de place dans les restaurants, tous assis à six pieds de distance, nombre limité dans une réunion, travail à domicile si vous le pouvez, fermetures d’écoles, etc.), qui SONT appliquées et qui sont par conséquent respectées par les gens, et le virus ne se propage pas! Pourquoi y a-t-il beaucoup moins de cas d’infection dans ces États des États-Unis, en Suède, au Luxembourg, en Suisse, en Belgique, etc. qu’en France (ou en Italie ou en Espagne) et même moins de décès, alors que la France, l’Italie et l’Espagne sont confinement total?

Quel est le but de paralyser l’économie et de faire en sorte que CERTAINS d’entre nous adhèrent au confinement, alors qu’il y a évidemment BEAUCOUP de personnes qui ne respectent pas les règles? Dans l’état actuel des choses, les gens voient évidemment l’amende potentielle de 135e pour ne pas avoir adhéré aux mesures de confinement comme une menace vide. Alors que je remplis chaque jour le journal pour moi et ma famille avec notre raison de sortir, je n’ai pas vu un seul officier de police, même une fois depuis que nous nous sommes isolés le 14 mars.

Je suis sceptique que mon pays fera ce qui est dans le meilleur intérêt de la nation. En fait, je crains que la France ne mette un terme au confinement – pour tout ce qu’il vaut – trop tôt en raison de l’adhésion aux arguments «économiques» des mêmes personnes à courte vue et égoïstes qui n’adhèrent pas au confinement, renvoient nos enfants à l’école (mettre en danger parce qu’il y aura eu beaucoup de divergences dans la façon dont les familles respectives se sont «auto-isolées») et puis il y aura encore une nouvelle augmentation terrible des infections et des décès, et un autre confinement inefficace, et ainsi de suite.

Le gouvernement français a bien commencé – de manière décisive et rapide – puis a échoué par la désorganisation. Pour remédier à cela, veuillez soit appliquer activement le confinement, OU tester la population, mettre en quarantaine les personnes malades et rechercher activement celles avec lesquelles elles ont été en contact (ou publier les données publiquement), et les isoler également.

Merci pour votre considération.

Sincères amitiés,